Ronds-Points

Les ronds-points, nés en Angleterre, ont fleuri chez nous depuis deux ou trois décennies jusqu’à faire de la France la championne du monde de ces aménagements urbains et routiers, fort coûteux, mais indiscutablement de gauche. En effet,  dans leur domaine de compétence, ils sont farouchement égalitaires, adversaires politiques des stops unilatéraux qui ne s’en prennent qu’aux petits venant des petites rues, et, bien entendu, de l’infâme priorité à droite. L’auteur de ces lignes soutient donc les ronds-points, « en groupe, en ligue, en procession », pour reprendre la chanson de Jean Ferrat !

Rond-Point Toulon

 On appréciera ci-dessus la sobriété d’un rond-point de Toulon, ville parfaitement habilitée, du reste, à se réclamer de l’olivier. Mais les ronds-points sont surtout l’occasion, pour les villes, de faire preuve de leur sens esthétique. Des sculptures nécessairement abstraites, pointues et méchantes, car c’est la mode, aux silhouettes de girafes en raphia auxquelles succéderont, art vivant, le mois suivant, celles de sangliers en carton plastifié, en passant par les statues d’un Nelson Mandela qui bénéficie de l’exclusivité de la célébration morale universelle parce que la concurrence s’est faite fort rare, les ronds-points sont le cœur battant de l’exposition et de la célébration, reproduisant à l’infini la majesté de l’Arc de Triomphe du centre du monde, place de l’Etoile.

Cependant, tout le monde ne peut pas se payer des  girafes en raphia, c’est pourquoi la variété botanique des ronds-points prolifère également. Et là, l’olivier, dans le sud de la France, se taille la part du lion. Les villes de Languedoc et de Provence sans olivier sur un rond-point doivent se compter sur les doigts d’une main. Au-delà des vergers, l’olivier est redevenu de façon manifeste, affichée, ce qu’il n’a jamais vraiment cessé d’être : le symbole d’une civilisation. Car cette avidité des ronds-points envers l’olivier ne s’explique pas seulement par la beauté de l’arbre, son adaptation au climat ou sa facilité d’entretien : il s’agit de s’afficher comme ville du Sud.

Or le Sud attire. Hédonisme moderne, goût superficiel pour le soleil, assimilation bébête aux plages et à la facilité de vivre, il fait recette, « en terme d’image ». Or, comme les villes du Nord ne peuvent pas bouger, elles font venir le Sud à elles. C’est ainsi que l’olivier, de rond-point en rond-point, remonte la vallée du Rhône, s’étend vers l’ouest, un peu déconcerté, mais bon gars, prêt à s’acclimater dans les limites du raisonnable si on l’aide par un sol qui lui rappelle la terre de ses restanques et par un bon drainage.

Il va sans dire que l’olivier ainsi transformé en sentinelle solitaire ne brille pas par sa fécondité, surtout au-delà de ses frontières naturelles. Mais qu’importe ! nul n’irait songer à se munir d’un panier pour récolter les olives communales. Il est probable qu’autour des ronds-points, on ignore même que l’olive verte est une olive noire pas mûre.

Les ronds-points, du reste, ne constituent que la partie émergée de la canopée de l’olivier d’ornement. Ce dernier fait fureur dans les jardineries et, si la nature ne mettait pas fin aux trois quarts des tentatives de plantation exotiques, une mer d’oliviers aurait recouvert les jardinets et les balcons du quatrevindouze. Il en est qui se sont adaptés à Londres. Il y a peut-être un microclimat à Chelsea, après tout on trouve bien des palmiers non loin de là, à Barneville-Carteret. Retour au bercail de l’Anglais du Luberon. Même fonction que sur les ronds-points : l’olivier incarne, végétalise plutôt, la Méditerranée rêvée. Sans doute aussi, comme tous les arbres mais plus que tout autre, participe-t-il aussi de l’engouement gêné, paradoxal, des citadins endurcis pour l’authentique, le vivant et le multiséculaire. On ignore que l’olive verte est une olive noire pas mûre mais l’on sait confusément que l’olivier est un arbre pas comme les autres, un arbre, euh, spécial.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s