L’yeuse, autre attribut de la Méditerranée

Quel beau nom que celui-ci! Un peu difficile à prononcer, on le remplace le plus souvent par celui de chêne vert, mais c’est dommage. L’yeuse accompagne l’olivier dans la définition du pays méditerranéen, avec encore le pin d’Alep ou le genévrier ; les territoires des uns et des autres se confondent avec une étonnante précision, à quelques exceptions près (… comme la photo ci-jointe, qui est celle d’une yeuse charentaise!).

Mais là où l’olivier pousse dans ses vergers ordonnés et vit avec l’homme, l’yeuse demeure sauvage, couvrant les collines de son émeraude, hiver comme été avec ses feuilles persistantes. Sauvage, ou plutôt demi-sauvage, car elle est très utilisée dans les reboisements. Bien des zones de Haute-Provence, du Languedoc ou de Corse en sont littéralement couvertes, sous forme de forêts plus propices au ramasseur de champignons qui marche plié en deux, qu’au randonneur qui progresse debout, car les troncs sont courts et les branches basses sont vraiment basses. Isolée, l’yeuse se déploie aussi largement et aussi haut que son cousin le chêne classique, le chêne tout court, celui des latitudes plus septentrionales, qui n’est pas absent non plus, du reste, du couvert méditerranéen. Sa longévité n’a pas grand-chose à envier à celle de l’olivier.

En botanique, on l’appelle Quercus Ilex. Ses feuilles sont dures et dentelées. L’yeuse s’apparente également au chêne kermès, encore plus méditerranéen si l’on peut dire, emblème de la garrigue, arbrisseau tordu aux feuilles luisantes et épineuses comme celles du houx ; il forme des buissons impénétrables, sauf aux couleuvres et aux cigales.

Naturellement, à l’instar de l’olivier bien qu’à un degré moindre, l’yeuse peuple les mythes et les religions de Méditerranée. Ainsi par exemple, le mât du navire des Argonautes fut taillé dans une yeuse de la forêt sacrée de Dodone, en Epire, qui était consacrée à Zeus, et c’est encore aux branches d’une yeuse qu’était accrochée la Toison d’Or qu’ils allaient chercher. Ce sont là des lettres de noblesse que beaucoup d’arbre de bonne graine et de haute futaie envieraient.

Mais il y a mieux. Autrefois, l’yeuse parlait. A travers elle s’exprimait Zeus, à Dodone justement : c’était l’oracle le plus ancien de Grèce, antérieur à Delphes. C’est par le bruissement de ses feuilles que l’yeuse s’exprimait. Il n’y a certainement pas plus beau moyen de communication avec les dieux que celui-ci : le bruissement des feuilles d’un arbre. D’autres ont misé sur les entrailles de poulet, le sang de bœuf, le vol des oiseaux, les transes d’une Pythie, les cartes ou, de nos jours, les économistes ; nul n’a atteint la belle simplicité de la musique du vent dans les feuilles. Zeus murmurait à l’oreille des devins. Cela s’est perdu. Nul ne sait plus le chant des yeuses.

Peut-on cependant tenter de, c’est le cas de le dire, le deviner ? C’est sûrement un ample fredonnement, car l’yeuse est un arbre majeur, épanoui, puissant. Les feuilles étant dures, elles produisent un son très éloigné de celui d’un figuier ou d’un platane, qu’on imagine souple et froufroutant ; ici, pas de froufrou mais plutôt un sifflotement. Une flûte ? Voilà qui est bien grêle pour l’amplitude que nous venons de prêter à l’arbre de Zeus ; disons alors, un cor ou plutôt un basson.

Si l’yeuse chante, l’olivier n’est certainement pas en reste, bien qu’Athéna n’ait pas souhaité se faire entendre de cette façon. L’arbre de lumière est tout sauf muet. Sachons l’écouter lui aussi. Ses feuilles oblongues et fines se mettent à vibrer. Il s’exprime une octave plus haut que l’yeuse, car c’est un petit arbre ; sa voix est gracile, allègre ; l’olivier est une guitare. Celle-ci nous dit le chant du monde et les vraies richesses, retrouvées par ses arpèges. Elle nous souhaite que notre joie demeure.


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s